AMOUR ET RELATIONS

BIEN COMMUNIQUER ET AMÉLIORER SES RELATIONS avec la Communication Non Violente (CNV)

Et si toutes nos communications étaient pleines de bienveillance ? Si les disputes n’étaient plus des accusations, mais simplement des expressions de nos sentiments et de nos émotions pour discuter calmement ?

Je vais te montrer comment exprimer ce que tu ressens, sans accuser, sans blâmer. Juste dans la bienveillance.

Qu’est-ce que la CNV ?

La Communication NonViolente (CNV) a été créé par le psychologue Marshall B. Rosenberg. Cette méthode consiste à s’exprimer dans une bienveillance totale. Elle permet d’avoir une meilleure qualité dans la relation avec l’autre et une meilleure compréhension des deux partis. Le respect y est fondamental.

Comment pratiquer la CNV ?

1) Prend tes responsabilités et ne critique pas

Pour bien la pratiquer, il est important de prendre la responsabilité de tes actes. Rien n’excuse ce que tu fais, pas même ton passé. TES actes sont TES décisions et les actes de l’autre sont les siennes. Si les actes de l’autre t’affectent et que tu aimerais qu’il agisse différemment, exprime clairement tes besoins et tes émotions et garde toujours en tête que lui seul peut décider de ses actes. Tu peux retrouver des techniques de lâcher prise dans mon article « Apprendre à lâcher prise pour se sentir libre« .

2) Observe ce qui se passe en toi

Le but ici est de faire la différence entre ce que tu observes et ce que tu évalues. L’observation est ce qui se passe réellement : « elle a crié ». L’évaluation est le jugement que nous portons : « elle crie tout le temps ». Il est donc très important de faire la différence entre l’observation des faits et des ressentis et l’évaluation qu’on en fait.

Par exemple, il est mieux de dire : « cela fait 3 fois que tu ne mets pas la table » que « tu ne mets jamais la table ».

3) Exprime tes ressentis

Avoir conscience de ce que tu ressens et savoir l’exprimer avec bienveillance et douceur est un point très important de la CNV. En effet, cela permet de te recentrer sur toi, de l’exprimer et ainsi de communiquer plus clairement avec l’autre, sans être dans le jugement. Pour dire tes ressentis, seuls des mots clairs et précis doivent être utilisés. Par exemple, « bien », « mal », ou encore « je sens que », « souvent » ne sont pas précis. Il y a des tas de mots pour exprimer le fait de se sentir bien. Comment je me sens ? Calme, affectueux·se, joyeux·se, excité·e, relaxé·e. Essaye d’être le plus précis·e possible.

Certains mots comme « abandonné », « rejeté » sont plus des interprétations que des observations. Ils décrivent plus ce que nous percevons du comportement de l’autre que de nos ressentis propres.

Exprimer ses ressentis c’est savoir mettre des mots sur ce que l’on ressent et les lâcher avec douceur à notre interlocuteur.

4) Exprime tes besoins

Cette étape consiste à établir un lien entre ce que tu ressens et ce dont tu as besoin. Ce lien permet de ne pas en vouloir à l’autre pour rien. Nos sentiments sont engendrés pas ce qui se passe en nous. En ayant conscience des besoins qui se cachent derrière tes sentiments, il est plus facile de communiquer avec l’autre. Il faut accepter la responsabilité de tes sentiments et ne pas évaluer l’autre, car nos évaluations sont des expressions indirectes de nos besoins.

Par exemple, au lieu de dire : « tu ne tiens pas tes promesses. », il est préférable de dire « je suis déçu·e quand tu dis que tu vas faire cela et que finalement tu ne le fais pas parce que j’ai besoin d’être sûr que mes proches tiennent leurs promesses. »

5) Demande ce que tu aimerais pour répondre à tes besoins

Pour finir, tu dois demander clairement et positivement ce que tu aimerais que l’autre fasse pour répondre à tes besoins. Si sa réponse est négative, demande lui pourquoi et acceptes avec bienveillance ses arguments. Les demandes ne doivent pas être des exigences. Le but n’est pas que l’autre fasse ce que l’on veut, mais qu’il réponde à notre demande de manière bienveillante et qu’il le fasse de lui-même. La qualité de la relation passe avant tout.

Communication non violente

Tu as maintenant les outils pour une bonne communication et donc de bonnes relations. Garde à l’esprit qu’être à l’écoute et prendre le temps de bien comprendre l’autre est aussi important que se comprendre soi-même et s’exprimer.

Partagez mon contenu sur :

Vous pourriez également aimer...

1 commentaire

  1. Je me sens apaisée lorsque je lis des articles de sorte.
    ;-D

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *